Restauration de Meubles

- Historique -

Historique des Armoires

Atelier Bence
9, rue Lejemptel
94300 Vincennes

E-mail : atelierbence@gmail.com
Accès au planAccès au plan

Tel : + 33 (0)1 43 98 24 91
Mobile : + 33 (0)6 60 17 30 71

Rabot


LES ARMOIRES

L'origine du mot armoire

          Le terme provient du latin armarium (arma : arme), il ne servait pas uniquement à serrer les armes, il désigne déjà aussi le meuble dans lequel on rangeait les livres dans les bibliothèques romaines évoquées par Vitruve (architecte Romain).

          L'armoire semble disparaître au Moyen Âge au profit des coffres, huches et bahuts.Une armoire particulière ( du latin Conditoria), était le meuble construit dans les monastères, églises ou chapelles près de l'autel, où l'on déposant par exemple le Saint Sacrement, des vases ou objets sacrés, les saintes huiles, des reliques etc.

          Les armoires intégrées dans la menuiserie des lambris muraux plaqués sur le mur ou intégrées dans l'épaisseur du mur ont pris le nom de placard. Les armoires telles que l'on connaît aujourd’hui sont apparues au XVI ème siècle sous forme d'armoires à deux vantaux ou à quatre portes (parfois nommées bahuts ou buffets) ornementées dans des styles très divers, avec hauts reliefs, incrustations, glaces. Les armoires ont suivi les différents styles suivant les époques puis ont été en partie supplantées dans les logements modernes par la généralisation des placards.

          L’armoire a joué un rôle important dans la vie sociale. A l’origine, ce meuble, dont le nom vient du latin armarium, désigne l’endroit où l’on entrepose les armes. C’est d’abord un renfoncement dans le mur fermé par deux ventaux , un simple placard.

          Outre les armes, on y abrite les objets précieux et, dans les églises, les vêtements sacerdotaux et les vases rituels. Lorsque l’armoire cesse de faire corps avec le mur, elle présente une forme ramassée et trapue qui rappelle le coffre dont elle prend peu à peu le relais.

          Au fil des ans, l’armoire prend de la hauteur, se compose un temps de deux corps et au XVII ème adopte sa forme quasi définitive. Désormais, elle ne changera plus guère. Son usage se généralise avec l’élévation du niveau de vie. Elle devient au XIX ème, une des marques de la prospérité familiale. Dans certaines provinces, apportée par la mariée, elle est un des éléments de la dot tandis que dans d’autres, elle constitue le cadeau du promis à la promise. Elle devient ainsi prétexte à de fort belles sculptures, s’ornant de bouquets, d’oiseaux, de cœur accolés, d’épis de blés, de paniers fleuris, symboles de bonheur et de prospérité.

`           Les armoires régionales présentent des caractères locaux très accentués, différents d’une province à l’autre.


trait