Restauration de Meubles

- Historique -

Historique du Mobileir Île de France

Atelier Bence
9, rue Lejemptel
94300 Vincennes

E-mail : atelierbence@gmail.com
Accès au planAccès au plan

Tel : + 33 (0)1 43 98 24 91
Mobile : + 33 (0)6 60 17 30 71

Rabot


MOBILIER d'ÎLE DE FRANCE

          L’île-de-France connut à partir de la Renaissance un très brillant essor artistique. Particulièrement vers 1725, époque à laquelle la Cour de François I er quittant la Touraine, s’y installa. Le roi attira en son palais de Fontainebleau, de célèbres artistes Italiens. Dès lors cet endroit fit Ecole, donnant le ton de la vie artistique qui rayonna dans toute la région parisienne. L’École de Fontainebleau aboutit à la conception d’un riche mobilier au caractère très architectural, abondamment sculpté ( scènes mythologiques, nymphes, déesses, cygnes, etc. ) dans l’esprit du décor à la Fontaine des Innocents créée par Jean Goujon. On suppose d’ailleurs que de lui, vint l’idée d’appliquer ce type d’ornementation au mobilier de la Cour. Cette période vit fleurir nombre de châteaux et de belles demeures richement meublées.

          Au XVII ème siècle, la moyenne et la petite bourgeoisie constituaient déjà des classes prospères pour lesquelles on réalisa également de nombreux meubles de qualité.

          Au XVIII ème siècle, le centre du rayonnement artistique fut Versailles et les demeures royales furent dotées d’un mobilier fort luxueux relevant de l’art parisien. Ce mobilier servit de modèles dans toutes les provinces où parallèlement aux meubles précieux, on réalisa des meubles en bois massif également inspirés de Paris. A cette époque se développa une classe de petits propriétaires pour le compte desquels fut réalisé un mobilier confortable et soigné. En île-de-France, le mobilier rustique resta extrêmement simple jusqu’à la Révolution. Sensibilisé par la mode parisienne, il se fixa surtout dans le style Louis XV. D’une façon générale, malgré la proximité de la capitale, les styles furent transposés avec un décalage d’un quart de siècle environ, par les artisans des campagnes avoisinantes. Comme partout ailleurs, le milieu du XIX ème siècle annonça le déclin des créations originales dans le domaine du mobilier paysan ou bourgeois. On se contenta de fabriquer une quantité de meubles dans l’esprit Louis-Philippe, sans y apporter d’imagination ou de caractère local.


trait