Restauration de Meubles

- Historique -

Historique du Mobilier Provençal

Atelier Bence
9, rue Lejemptel
94300 Vincennes

E-mail : atelierbence@gmail.com
Accès au planAccès au plan

Tel : + 33 (0)1 43 98 24 91
Mobile : + 33 (0)6 60 17 30 71

Rabot


LE MOBILIER PROVENÇAL

          Les styles doivent beaucoup à l'histoire et (ou) à la géographie. Conforme à la règle, celui du mobilier provençal subit l'influence des créations italiennes, celles de Gênes notamment, dont les meubles exportés son copiés, pastichés par les menuisiers et ébénistes provençaux, les fustiers.

          A partir de la Renaissance, les styles parisiens s'imposent - avec un décalage dans le temps - dans les ateliers des artisans de Marseille, Aix, Arles, Beaucaire, Avignon ou Forcalquier.

          L'esprit provençal s'exprime pleinement au XVIIIe siècle avec les styles Régences et Louis XV. Précisons que le mouvement rocaille doit beaucoup aux artistes du Midi, et plus particulièrement à un élève du sculpteur marseillais Pierre Puget, Bernard Toro, qui publia en 1716 un recueil de dessins où triomphent les courbes et les sculptures que l'on retrouve dans le mobilier provençal en général et plus particulièrement sur les grandes consoles d'apparat. Le style typiquement provençal naît en Arles, puis essaime dans toute la province. Il se divise en deux grands courants : le style fleuri et le style dit de Fourques, le second tenant son nom d'une localité proche d'Arles. Sculptures fines et denses à bases d'éléments végétaux (feuilles, fleurs et rameaux) caractérisent le style fleuri. la branche d'olivier est souvent préférée à la feuille d'acanthe ; omniprésente, la fameuse coquille rocaille voisine parfois avec des motifs auriculaires qui rappellent les méandres de l'oreille humaine. Souvent, des élément sont ajourés comme les traverses inférieures des armoires et des commodes, par exemple. Plus sobre, le style de Fourques se distingue par des sculptures en creux ou des moulurations linéaires se terminant par des boucles enroulées en corne de bélier ou en forme de coquille : le décor en colimaçon.

          A partir de la fin du XVIIIe siècle les éléments du style Louis XVI - épis de blés, grappes de fruits, soupière rappelant l'urne antique, draperies - couvrent des meubles aux structures et aux formes encore Louis XV. Les deux styles cohabitent tout au long du XIXe siècle. Autre caractéristique du mobilier provençal, les bobèches (nom arlésien), plumets ou mouchets (noms donnés en Avignon), petites sculptures ou pièces tournées en forme de panache, sommées par un gland ou une olive, qui couronnent le sommet et les angles des panetières et la partie supérieure des montants des sièges. Si les meubles marquetés et peints sont relativement rares dans les ventes publiques - si l'on excepte les armoires d'Uzès que l'on peut rattacher arbitrairement au style provençal, par contre les pièces en bois naturel ne manquent pas. Des XVIIIe et XIXe siècles, plus rarement du XVII ème, elles connaissent un bon accueil de la part des amateurs qui apprécient la densité et la qualité des sculptures.


trait