Restauration de Meubles

- Les styles -

Caractéristiques du style Gothique

Atelier Bence
9, rue Lejemptel
94300 Vincennes

E-mail : atelierbence@gmail.com
Accès au planAccès au plan

Tel : + 33 (0)1 43 98 24 91
Mobile : + 33 (0)6 60 17 30 71

Ciseau à bois


LE GOTHIQUE

          L'art gothique apparaît au milieu du XII ème siècle, il règne pendant les XIII ème, XIV ème et XV ème siècles. Au XVI ème siècle, il subsiste parallèlement à la Renaissance surtout en architecture religieuse.

Style de Transition

           Sous les règnes de Louis VI et Louis VII, Suger reconstruit l'Abbatiale de St-Denis vers 1137. Puis vers 1150 le Portail Royal de la Cathédrale de Chartres.

Gothique Lancéolé

           Première moitié du XIII ème siècle. C'est la période des grandes cathédrales : Notre-Dame de Laon, Notre Dame de Paris.

Gothique rayonnant

           Deuxième moitié du XIII ème, c'est la période de formation. XIV ème siècle : le gothique rayonnant reste en vogue presque tout le siècle. La Sainte Chapelle - le choeur d'Amiens.

Gothique flamboyant

           La fin du XIV ème siècle et le commencement du XV ème siècle constituent la période de formation. Du milieu du XV ème siècle au début du XVIème siècle, l'art gothique flamboyant est en plein épanouissement. Hôtel de Jacques Coeur à Bourges - Hôtel des Abbés de Cluny à Paris.

Gothique sous la Renaissance

           Au XVI ème siècle l'art gothique subsiste en architecture religieuse. Flèche nord de Notre Dame de Chartres. Au XVII ème siècle, l'architecture religieuse reste encore favorable à l'art gothique.



Caractères du style


Comparaison entre les églises Romanes et les églises Gothiques
Comparaison entre les églises Romanes et les églises Gothiques


           L'arc en plein cintre tant employé dans le style Roman est abandonné pour laisser la place à l'arc brisé.
Gothique rayonnant : L'arc brisé prend une forme trilobée ou polybée.
Gothique flamboyant : L'arc est en anse de panier ou en accolade, il est quelquefois garni d'un fleuron.

Ornements

           Au début du gothique, l'ornement est encore Roman, ce sont des entrelacs géométriques et des végétaux très stylisés. C'est seulement vers la fin du XII ème siècle que l'artiste s'inspire de la végétation indigène : feuilles, fleurs, fruits de nos bois, de nos prairies et de nos vergers. Les plantes les plus employées sont : la vigne, la vigne-vierge, le laurier, le marronnier, le renoncule. Ces végétaux ont été imités, toujours d'une façon très large. Au XIII ème siècle, le décor est simple et prend des formes gracieuses, les feuillages retombent sur eux-mêmes. Avec le gothique rayonnant l'artiste s'inspire de plantes plus déchiquetées: la feuille de persil, le chardon, le chou frisé, la fougère, la chicorée. A la fin du XIV ème siècle ce même décor s'harmonise avec des personnages et des animaux fantastiques, pour en arriver aux rinceaux de la Renaissance.

Corporations des travailleurs du bois

           Jusqu'au milieu du XIV ème siècle, les seuls travailleurs du bois étaient les charpentiers et les charpentiers de petite cognée. Les charpentiers de petite cognée exécutent des travaux plus menus. A cette époque les huchiers-menuisiers se séparent des charpentiers et deviennent officiellement les fabricants de mobilier.

FABRICATION

           Jusqu'au XIV ème siècle, les meubles sont composés de planches accotées à joints vifs. Le tout est recouvert de ferrures et de pentures afin d'assurer le maintien des éléments entre eux. Au XIV ème siècle apparaissent la rainure et la languette pour les assemblages en bois de fil et la queue d'aronde pour les assemblages d'angle en bois de bout. Les ferrures sont alors abandonnées et les meubles sont recouverts de sculptures. Au milieu du XIV ème siècle une autre innovation importante apparaît : l'assemblage à tenon et mortaise chevillé. Le meuble est alors composé de montants et traverses moulurés et assemblés à coupe carrée. L'intérieur de ces châssis est garni de panneaux sculptés, maintenus dans des rainures profondes qui laissent au bois toutes possibilités de retrait qui ne pouvait s'effectuer sans fentes dans les meubles assemblés à queues d'aronde. C'est un très grand pas dans la fabrication ; plus de planches épaisses, lourdes et la plupart du temps fendues. La fabrication est alors très soignée. Les statuts et ordonnances des maîtres huchiers-menuisiers sont d'ailleurs très sévères et punissent les malfaçons de dix écus d'amende et l'ouvrage est brûlé devant l'atelier de l'ouvrier. En 1470, on place dans les meubles, des tiroirs que l'on désigne sous le nom de layettes coulisses jusqu'à la fin du XVI ème siècle.

MATÉRIAUX EMPLOYÉS

           Les meubles les plus anciens que nous possédions sont en chêne du nord ou de pays. C'est seulement au XIV ème siècle que le noyer est employé, il est doux à l'outil, se sculpte très bien et a un beau poli. Il existe quelques meubles de cette époque dont le bâti est en chêne et les panneaux sculptés en noyer. L'ébène était déjà très connu, mais employé seulement pour de menus objets (manches de couteaux). L'Italie exporte dès le XIV ème siècle des meubles incrustés d'ébène et d'ivoire.

CARACTÈRES DU MOBILIER

           Les huchiers-menuisiers n'ont guère l'esprit créateur. Le meuble gothique est copié de l'architecture, on y retrouve les mêmes formes et les mêmes ornements. A l'époque du flamboyant les encadrements sont moulurés et se retournent souvent sur trois côtés, malgré l'assemblage carré, le bas est en chanfrein dans lequel viennent pénétrées deux moulures verticales.

ORNEMENTS DU MOBILIER

           Mêmes ornements qu' en architecture, au XV ème siècle les meubles sont de véritables portails d'église, ils sont décorés de fenêtres en tiers point avec leur meneau vertical et leurs arcades secondaires. Les contre-parties des arcades sont garnies de feuilles à quatre lobes. Les fenêtres ainsi sculptées sur bois prennent le nom de fenestrages ou de orbe-voies (fenêtres aveugles). D'autres ornements très employés pour orner les parties moins visibles d'un meuble (panneaux de côté par exemple) sont les parchemins repliés ou serviettes.

Plis de serviettes
Plis de serviettes

           Les découpages et les plis de ces ornements varient à l'infini et nous trouverons ce décor même pendant la Renaissance. La mouluration est très caractéristique.


Profils de moulures Gothiques
Profils de moulures Gothiques


           C'est sans doute un des seuls styles que l'on peut reconnaître d'après elle. La plupart des meubles du Moyen-Age n'étaient pas en bois apparent. Les meubles les plus anciens sont gainés de cuir ou toile peinte et recouverts de ferrures. Par la suite on interpose toujours entre le bois et les pentures un morceau de peau ou de velours rouge qui fait ressortir la belle découpe et le travail des ferrures toujours très importantes et apparentes. Beaucoup de buffets sont polychromes ; les azur, vermeil et or devaient faire des fenestrages de véritables vitraux d'église.

Mobiliers de l'époque

           Il ne nous reste que très peu de documents sur le mobilier du Moyen-Age. Les exemplaires des XII et XIII ème siècles sont des meubles religieux, des coffres. D'autre part une documentation d'après des miniatures de manuscrit et des sculptures sur pierre nous donne des détails de berceaux, lits, pupitres et sièges, (Portail royal de Chartres).

Armoire

           Elle est d'abord incorporée dans les lambris. Nous en possédons de très beaux exemples. La plus ancienne date du XII ème siècle, c'est sans doute le meuble le plus ancien que nous possédions en France. C'est un placard en chêne garni de belles ferrures. Il se trouve à l'église d'Aubazine en Corrèze. D'autres modèles du XIII ème siècle sont à la Cathédrale de Noyon et à celle de Bayeux. Une armoire construite égale--ment dans les lambris et datant de la deuxième moitié du XV ème siècle se trouve à l'église Saint-Germain-l'Auxerrois à Paris.

Buffet

           C'est au XV ème siècle qu'apparaît l'armoire à deux corps qui prend le nom de buffet.

Coffre ou huche

           Le coffre ou huche est le meuble le plus important du Moyen-Age. Il sert aux déplacements nombreux de l'époque, dus à l'insécurité dans le pays. Le coffre à dessus plat a des usages multiples ; resserre de vêtements, de vaisselle , d'objets précieux ; placé le long d'un lit il sert de marche, recouvert de coussin il sert de siège ; il fait office de table, de comptoir ; placé dans la cuisine il prend le nom de maie. Le coffre à dessus convexe ou à deux pentes est employé particulièrement ; pour les déplacements le bombé du dessus permet l'écoulement des eaux par temps de pluie. C'est le coffre le bénéficiaire de l'assemblage à queues d'aronde.
Il est alors décoré de sculptures ; puis l'assemblage à tenons et mortaises apparaît, les panneaux seuls sont décorés de sculpture. C'est seulement lorsque le pays n'a plus à subir autant d' invasions que le coffre s'enrichit et la bâti se décore lui aussi de sculpture.

Crédence

           La crédence est un petit buffet pour poser les plats.

Dressoir

           Le Dressoir est un buffet sur pieds. Les montants principaux forment les pieds du meuble et les montant secondaires qui ne descendent pas au sol, s'arrêtent en cul-de-lampe.


Dressoir
Dressoir


Lit

           Le lit est formé de quatre pieds assemblés par quatre pans et un fond ; ce coffre ainsi formé reçoit la literie, il est à ciel et courtines suspendus au plafond. Le lit à colonnes n'apparaît qu'à la fin du style gothique, il est très en vogue sous la Renaissance.

Lit
Lit



Pupitre

           Meuble pour écrire debout.

Sièges

           Chaires à haut dossier, surmontées de dais. Bancs, Tabourets escabelles, trônes.




Chaire à haut dossier
Dressoir