Restauration de Meubles

- Les styles -

Caractéristiques du style Louis Philippe

Atelier Bence
9, rue Lejemptel
94300 Vincennes

E-mail : atelierbence@gmail.com
Accès au planAccès au plan

Tel : + 33 (0)1 43 98 24 91
Mobile : + 33 (0)6 60 17 30 71

Ciseau à bois


LE LOUIS PHILIPPE

Louis-Philippe 1830 - 1848

          Dès 1836, Alfred de Musset écrivait : «Notre siècle n'a pas de forme, nous n'avons imprimé le cachet de notre temps ni à nos maisons, ni à nos jardins, ni à quoi que ce soit, nous avons de tous les siècles hors du nôtre...», et c'est bien exact. Le style Louis-Philippe, qui est la suite malheureuse de la Restauration, est composé de «souvenirs» interprétés sans beaucoup de goût, allant du gothique qualifié dans sa fâcheuse interprétation de style cathédrale à un pseudo-Renaissance non moins désastreux, enfin un faux Louis XV dont la mode se généralisera surtout sous le Second Empire.

L'industrialisation du bel art de l'ébénisterie, qui tend avant tout à une exécution rapide et bon marché, se fait et cela se conçoit au détriment de qualités dont l'originalité n'était pas la moindre. Les immeubles de rapport divisés en appartements et l'impératif du monument qui est de plaire à la bourgeoisie inaugurent les temps modernes : c'est la fin d'une époque où la perfection avait eu le temps de fleurir. Il faut aller vite et faire bon marché pour satisfaire une clientèle composée des classes sociales nouvellement parvenues à l'aisance. Le dessin du mobilier s'alourdit, le bois se courbe à l'excès, les accotoirs de sièges sont torturés en cornes de bélier, la psyché est remplacée par l'armoire à glace plus pratique. Le chiffonnier, la commode sont dépourvus de bronze. La table, toujours ronde, à pied central, repose sur trois lourdes consoles en volutes ou sculptées en griffes de lion.


Caractéristiques des pieds
Caractéristiques des pieds Louis-Philippe


          C'est déjà le règne du tapissier qui annonce le Second Empire ; tout se recouvre de housses de velours frangées, la cheminée, les tables, les murs sont cachés sous des tentures, les rideaux sont doubles, parfois triples, on n'entre dans une pièce qu'en passant sous une lourde portière dont les plis sont retenus par une embrasse ornée de glands. La salle à manger style Henri II s'impose : le buffet, abondamment sculpté en ronde bosse de figures allégoriques, de chutes de fruits, de trophées de chasse, est accompagné de chaises à haut dossier recouvertes de cuir de Cordoue. Le lit bateau devient un véritable monument, les montants sont à colonnes et couronnés d'importantes volutes. Le bureau est à cylindre et forme une véritable masse de bois. La bibliothèque est vitrée et ornée de cariatides. Le palissandre est roi, mais l'on trouve encore de l'acajou, du bois teint en noir, orné de petites peintures en médaillon, de fleurs, d'animaux, de paysages aimablement qualifiés romantiques, ou bien décoré de motifs dorés au pinceau. Le pseudo-Louis XV rococo donne naissance à un mobilier mouluré, contourné dont les pieds de devant se terminent en sabots. Les sièges sont confortablement garnis, le dossier se compose d'un bois courbé en anses de panier, il est dit «à la reine». Massif et confortable, il est caractérisé par le goût du confort bourgeois, la méfiance envers les créations originales. L'introduction du machinisme dans la fabrication du meuble permet la réalisation en série. Cette époque est donc un tournant important dans l'histoire de l'ameublement. Les bois sombres sont à la mode : acajou, merisier, ronce de noyer, bois noircis (poirier, hêtre) ou peints en noir. Les motifs peu nombreux sont peints : fleurs, animaux, paysages. Les bronzes sont pratiquement inexistants. Les serrures en cuivre font leur apparition. Les moulures sont exécutées à la machine-outil. Elles consistent en doucines larges et profondes pour les corniches et les piétements. Les pieds sont robustes et tournés à la machine, droits à balustres ou galbés formant une volute dans le haut.

les sièges
          - Ce sont des meubles confortables aux angles arrondis. Les pieds arrière sont déversés, les pieds avant souvent en console ou galbés. Les chaises sont en gondole, à croisillons, à barreaux horizontaux, à dossier plat et garni de tissu, à barreaux verticaux, d'inspiration gothique.


Chaise gondole à croisillons
Chaise gondole à croisillons


Pour les fauteuils il y a trois types principaux : le fauteuil classique presque toujours en acajou, à dossier cintré et accotoirs enroulés en crosse avec pieds galbés, le fauteuil en corbeille, le dossier étant d'un seul tenant avec les côtés, le fauteuil Voltaire, à haut dossier relevé, accotoirs très rembourrés, lignes droites : il est très à la mode.

Les commodes
          - Elles sont en acajou ou en noyer, plates, en général à quatre tiroirs. La façade et les côtés sont droits, les pieds très bas. Le haut du meuble, qui comprend un tiroir, est souvent galbé en douclne. Le dessus est recouvert de marbre. Apparition de la commode toilette, elle contient cuvette, pot à eau et miroir et son dessus s'ouvre.

Les tables
          - Les tables de salle à manger sont en acajou ou en noyer. Le plateau comporte deux abattants. Elles sont rondes ou ovales à quatre, six ou huit pieds souvent montés sur des roulettes. Il y a en outre une profusion de petites tables décorant salons et chambres : coiffeuses, jardinières, petits guéridons aux dessus mobiles qui basculent, tables à ouvrage, tables à jeu.

Les lits
          - Le lit est très important dans le décor de la chambre. Il est placé le long du mur et mesure 1 m de largeur environ. Le lit bateau dont les deux dossiers égaux s'évasent en console et se terminent en crosse se rencontre fréquemment. Souvent en acajou, il repose sur une base haute et massive avec des pieds extrêmement bas. Le lit de repos est plus léger et ses montants sont garnis de tissu.