Restauration de Meubles

- Les styles -

Caractéristiques du style Louis XIV

Atelier Bence
9, rue Lejemptel
94300 Vincennes

E-mail : atelierbence@gmail.com
Accès au planAccès au plan

Tel : + 33 (0)1 43 98 24 91
Mobile : + 33 (0)6 60 17 30 71

Ciseau à bois


LE LOUIS XIV

Louis XIV 1643 - 1715

           Le style Louis XIV est compris dans la seconde moitié du XVII ème siècle.

Périodes du style

          Les soixante douze ans du règne de Louis XIV (1643-1715) comprennent trois périodes de style. 1 ère - le début de la minorité de Louis XIV, c'est une période de transition entre le style Louis XIII et le style Louis XIV (1643-1656). 2 ème - La seconde période comprend la fin de sa minorité et l'apogée de son règne (1656-1699), c'est la période du style la plus importante et celle que nous nommons "style Louis XIV", 3 ème- Enfin la période de la fin de son règne (1700-1715), c'est déjà par anticipation le style Régence.

Caractères du style

          La première période est caractérisée par une architecture déjà Louis XIV, mais il reste dans l'ornement une mollesse et une lourdeur encore bien Louis XIII. La brique, tant employée sous Louis XIII, est abandonnée et remplacée par la pierre de taille. Le château de Maisons-Laffitte construit par Mansart de 1642 à 1651, caractérise bien cette période. Le départ du style Louis XIV de la seconde période est donné par le château de Vaux-le-Vicomte, construit par le Vau pour le Surintendant des Finances Fouquet. Cette période est marquée par un véritable culte envers le Souverain. Colbert organise les arts, il est en 1664 Surintendant des Bâtiments. En 1665 c'est la fondation de la Manufacture de Saint-Gobain. En 1671 il fonde l'Académie d'Architecture dont les membres sont nommés par le Roi. Il veut un art rayonnant sur le souverain et désigne Le Brun pour coordonner les oeuvres artistiques et éviter ainsi les contradictions du style Louis XIII. Beaucoup d'historiens voient en Le Brun un véritable dictateur des Arts, mais de cette discipline nous devons reconnaître qu'il est né un style unifié, homogène où tout est en harmonie. La magnificence et la somptuosité de cet art reflètent bien le désir d'honorer un souverain tout puissant. Le château de Versailles résume toute cette période, c'est un véritable temple où le roi se fait vénérer tel un Dieu de l'Antiquité. Le point de départ est un pavillon de chasse Louis XIII (cour de marbre) que Louis XIV fait modifier et agrandir par Le Vau en 1668 en s'inspirant de ce qu'il avait déjà fait pour Fouquet à Vaux-le-Vicomte, Hardouin-Mansart en 1679 modifie la cour de marbre et construit la façade sur le parc. Il construit en 1688 le Grand Trianon.

De cette même période citons : la Colonnade du Louvre des Frères Perrault en 1680. La porte Saint-Denis par Blondel en 1672. En urbanisme : la Place des Victoires en 1686 ; la Place Vendôme en 1699. En architecture religieuse : les dômes de la Sorbonne, du Val-de-Grâce et des Invalides. L'architecture Louis XIV est majestueuse par sa simplicité, tout le luxe dans le décor est à l'intérieur, c'est là le côté logique des architectes de cette époque. Nous ne pouvons pas parler de l'histoire de l'art de cette période sans dire un mot de Le Nôtre et de ses jardins aux vastes perspectives, aux parterres dessinés en forme d'arabesques, aux arbres taillés. Ces caractéristiques donnent quelque chose de nouveau dans les jardins que l'on nomme "jardin à la française".

La 3 ème période, c'est la vieillesse du roi, Il est fatigué de la somptuosité du Château de Versailles, il réclame moins de faste, plus d'intimité, moins de sévérité, plus de jeunesse. Le Brun et ses collaborateurs sont morts, les promoteurs du nouveau style sont Hardouin-Mansart et Robert de Cotte. Les artistes ont plus de liberté dans l'exécution de leurs oeuvres. De cette époque, citons l'aile du Grand Trianon et la Chapelle du Château de Versailles. A Paris, l'Hôtel de Charollais ou d'Argenson, aujourd'hui Ministère du Commerce et de l'Industrie.

L'ornement en architecture

          A la première période, les ordres sont superposés, les pilastres sont cannelés. L'ornement reste ce qu'il était sous Louis XIII, mêmes éléments lourds et mous.

A la deuxième période, on emploie l'ordre colossal sur plusieurs étages. L'ornement reflète bien le culte dont le roi est l'idole, il est représenté en guerrier antique et même sous le costume d'Apollon, dieu des arts et de la divination.

Les principaux ornements de l'architecture sont :

- Les pots à feu plus élancés que ceux du style Louis XIII. Les trophées guerriers sont des ensembles de cuirasse, de casque, de flambeau, d'armes antiques. Nous pouvons voir ces ornements sur la balustrade du Château de Versailles, façade côté du parc. Les mascarons sont souvent les seuls ornements des façades, ils ornent les clefs d'arcs. La liste des ornements de cette époque est beaucoup plus longue, mais des ornements extérieurs nous pouvons nous borner à ne citer que ces trois principaux. Les autres étant des ornements employés à l'intérieur, nous en donnerons la nomenclature dans le chapitre : ornement du mobilier.

A la troisième période, on abandonne souvent les ordres et les pilastres de façade. La console reçoit des arcs surbaissés. L'ornement est plus léger et a en même temps plus de grâce ; la sculpture est plus vivante. Les ornements guerriers sont abandonnés. L'étiquette royale de la grande époque disparaît et laisse plus de liberté.

Architecture intérieure

          Pendant la première période du style Louis XIV, nous rencontrons plus communément le terme de "Salle à Manger" et celui de Salon apparaît, mais il ne correspond pas à notre salon actuel, c'est plutôt un hall de réception au plafond très haut.

A la seconde période, la décoration devient très riche, la moulure à grand cadre remplace la moulure à petit cadre du style précédent. Les manteaux de cheminée sont décorés de peinture ou de bas-relief. Les murs sont décorés de tapisseries ou de tentures de Damas. Les marbres de couleur sont très employés.


Profils de moulures Louis XIV
Profils de moulures Louis XIV


          A la troisième période, nous trouvons dans la décoration intérieure plus de fantaisie, dans des pièces plus intimes. Les murs sont garnis de lambris en bois naturel ou peint en blanc, certaines parties de leur mouluration épousent des lignes courbes très modérées. Les angles des panneaux sont abattus et remplacés par un quart de cercle rentrant, ces angles sont ornés de feuillage. Les cheminées ont un linteau dont le chant inférieur et la vue de dessus sont souvent découpés en forme d'arbalète ou d'accolade. Leurs manteaux sont décorés de glaces. Des bibelots importés de Chine ainsi que des laques garnissent les appartements. La période de la Régence ne changera rien à cette décoration fin Louis XIV et beaucoup de personnes très averties font entrer cette troisième période du style Louis XIV dans le style Régence. En résumé, nous pouvons donc considérer que le style dénommé actuellement Régence a commencé de Louis XIV.

Corporations des travailleurs du bois

          Colbert ne délaisse pas les arts industriels. Il crée la Manufacture Royale des Meubles de la Couronne et l'installe aux Gobelins en 1667. Il confirme les privilèges accordés depuis Henri IV aux artisans logés au Louvre. Il naturalise des artistes étrangers. Il facilite l'apprentissage par des primes attribuées aux employeurs. En 1664, Louis XIV fait venir d'Italie Domenico Cucci comme ouvrier en cabinets d'ébène. En 1672 André Charles Boulle remplace Jean Macé, décédé, aux Galeries du Louvre. Philippe Poitou exécute des meubles sous la direction de Le Brun, il est installé aux Gobelins. Pierre Golle est le collaborateur d'André Charles Boulle. En 1694, la Manufacture des Gobelins est licenciée. Elle rouvre ses portes en 1699, mais les ateliers décroissent sans cesse et la Manufacture n'est plus guère destinée qu'à la fabrication des tapisseries. Cependant quelques menuisiers et ébénistes y sont encores employés. Le terme d'ébéniste apparaît pour la première fois dans le dictionnaire de Richelet en 1680, mais ce mot n'est pas employé couramment.

Fabrication et matériaux employés

          Les procédés de placage déjà employés sous Louis XIII se développent sous Louis XIV. Les bâtis sont en chêne, les panneaux en sapin ou en peuplier plaqués de bois précieux ou de marqueterie de cuivre et écaille comme dans le style précédent. André Charles Boulle amène ce procédé à son paroxisme de perfection, il emploie le cuivre et l'ébène, la corne, l'écaillé de tortue, la nacre et l'ivoire. Il imagine de découper décors et fond dans des plaques de cuivre et d'écaillé de même épaisseur et d'utiliser la contrepartie pour former un second meuble. Il en résulte ainsi deux exemplaires dont le premier dit "en première partie" est celui qui a le plus de valeur, son fond est en écaille et ses ornements en cuivre et étain. Le second meuble dit "en contrepartie" offre le même décor mais son fond est en cuivre et ses ornements en écaille. Sur sa face interne l'écaillé subissait une préparation afin de supprimer la transparence qui aurait pu laisser apparaître la surface du panneau de bois et le procédé permettait aussi de donner à l'écaillé une teinte plus vive, L'emploi de la corne permettait également des colorations par transparence en rouge ou en bleu. Il exécute également des marqueteries en bois de couleur, souvent sur un fond d'écaille, mais cette technique ne devra prendre tout son essor qu'au siècle suivant.

La grande innovation d'André Charles Boulle est d'appliquer sur sa marqueterie des bronzes finement ciselés et dorés au mercure. Ces ornements ,mascarons, personnages ou tout autre ornement de l'époque ont leur place réservée dans la marqueterie et font un ensemble qui se lie parfaitement. Des moulures également en bronze ciselé et doré certissent ces décors et simulent de faux montants et fausse traverses. Ces décors de bronze protègent souvent les parties fragiles du meuble et augmentent sa solidité. Ces meubles ne se fabriquent guère que dans les ateliers royaux : en province le meuble reste massif et décoré de fines sculptures.

Caractères du mobilier

          Nous avons cru nécessaire, au début de ce chapitre sur l'analyse des styles, de parler architecture, parce que le mobilier a toujours suivi les inspirations des architectes. Pour le style Louis XIV nous aurions pu ne pas donner le parallèle en architecture ; c'est là un des caractères principaux du mobilier, nos ébénistes ont su s'affranchir de l'architecture, Les meubles Louis XIV ne représentent plus rien d'un monument. L'architecture est très sobre alors que le mobilier est très luxueux. Pour répondre à la magnificence qui caractérise, l'époque, les fabricants de mobilier sacrifient la logique à la somptuosité. La Construction rationnelle des travaux de menuiserie disparaît, montants et traverses ne sont plus visibles et ne fournissent plus les éléments de départ d'une décoration. Des panneaux unis occupent toute la façade et les portes ainsi dissimulées donnent aux meubles une apparence de coffres pleins, sans ouverture, A la troisième période, le meuble massif finement sculpté réapparaît à la suite du licenciement de la Manufactuf des Gobelins.


Caractéristiques des pieds Louis XIV
Caractéristiques des pieds Louis XIV


Ornements du mobilier

          A la première période nous retrouvons les ornements Louis XIII : branches de Palmier, feuilles de Laurier et guirlandes de draperies.

A la deuxième période, le caractère principal de l'ornement Louis XIV reste la symétrie avec une exécution parfaite. De l'Antique nous trouvons tous les éléments de décoration : oves, rais de coeur, godrons et denticules. Sont empruntés à la nature végétale : la feuille de chêne, de laurier, d'acanthe, les fleurs sont groupées en guirlande. Les crossettes, les palmettes et les culots sont des interprétations de la feuille d'acanthe. La corne d'abondance symbolise la richesse de la France. Du règne animal, on emprunte le mufle et les pattes de lion, les dauphins, les aigles. Des animaux fantastiques en trouve : des chevaux ailés, les griffons et les sphinx.

Les insignes de la royauté : fleur de lis, sceptre. Les emblèmes personnels du roi : le soleil et les deux L dessinés symétriquement, masque rayonnant et palmette. Les emblèmes militaires. Des objets divers : la cassolette, c'est un brûle-parfum. Les instruments de musique. Des draperies en forme de lambrequin à dents arrondies. Personnages : Groupe d'enfants, mascarons. Le ruban sert souvent à lier un ensemble.

Palmette - 1650


L entrelacés
L entrelacés


          A la troisième période, l'ornement perd sensiblement de sa symétrie dans le détail seulement, l'ensemble reste toujours symétrique. Nous retrouvons les mêmes éléments qu'à la seconde période, sauf les emblèmes guerriers et les allégories où les personnages contemporains font figures de dieux mythologiques.

Les ornements nouveaux sont : le fleuron, la coquille. Les fonds sont quadrillés et chaque carré est orné d'une fleurette. Les rosaces s'inscrivent dans un cercle ou un ovale. Dans l'art oriental on puise les ornements : personnages chinois et fantastiques, singes.


Armoire
Coquilles


Motifs décoratifs
Motifs décoratifs


Masque
Masque


Mobilier de l’époque

Bibliothèques
          - Elles n'apparaissent qu'à la fin du XVII ème siècle.


Bibliothèque Louis XIV
Bibliothèque Louis XIV


Bureaux
          - Les Bureaux de la deuxième période reposent sur huit pieds reliés quatre par quatre par un entrejambe en forme d'X. La partie centrale comporte un tiroir en retrait, retrait non suffisant pour assurer le confort de la personne assise devant ce meuble. Nous pouvons donc supposer que ce meuble était un bureau d'apparat. A la troisième période du style Louis XIV apparaissent les bureaux plats. Ce sont de grandes tables à trois tiroirs seulement en ceinture qui donnent plus de confort pour écrire. Ils ne sont plus supportés que par quatre pieds galbés en forme de pied de biche. Le dessus plat de ces bureaux recevait souvent un gradin pour suppléer au manque de tiroir et faire office de serre papier.


Bureau Louis XIV
Bureau Louis XIV


Cabinets
          - Le Cabinet reste un des meubles les plus importants pendant les deux premières époques du style Louis XIV. Comme sous Louis XIII il possède en principe une quantité de tiroirs intérieurs.

Commodes
          - Elle apparaît au début de la troisième période du style Louis XIV. C'est une invention d'André Charles Boulle. Elle comporte quatre tiroirs, Boulle en dessine en forme de sarcophage d'où le nom de commode tombeau, elles n'ont plus alors qu'un ou deux tiroirs. Sous la Régence elles deviennent ventrues et sont à trois tiroirs.


Commode en laiton et écaille de tortue
Commode en laiton et écaille de tortue


Consoles
          - Ou consoles d'applique n'apparaissent qu'au début de la 3 ème période et tirent leur nom de leurs deux pieds en forme de console. Ces pieds sont reliés par un entrejambe formant souvent une coquille. Le dessus est en marbre chantourné et mouluré.

Horloges
          - Les pendules d'applique sont posées sur un socle, Les pendules sont dites "religieuses" lorsqu'elles ont un dôme garni d'un pot à feu et des colonnettes aux angles. Les pendules à gaine apparaissent à la fin du XVII ème siècle.

Lits
          - Ils sont presque toujours sans bois apparents. Ils sont à quatre piliers surmontés d'un ciel garni de bouquets de plumes. Les lits à l'impériale ont un ciel en dôme.

Paravents
          - A plusieurs feuilles.

Piédestaux ou scabellons

Sièges
          - Les sièges sont à 45 cm, mais les dossiers sont très élevés. Ils peuvent monter jusqu'à 1,45 m, du sol. Les accotoirs sont garnis d'étoffe. Cette garniture prend le nom de manchette. Le canapé et le lit de repos apparaissent à la seconde période du style Louis XIV. Les sièges de la 3 ème période voient leur dossier diminuer. Les accotoirs, les pieds et le dossier ont des formes cintrées sur deux plans. Le confessionnal apparaît, c'est un fauteuil dont le dossier, de forme rectangulaire, est muni d'oreille.


Fauteuil Louis XIV
Fauteuil Louis XIV


Tables
          - Les tables Louis XIV sont en bois de forme carrée. Le dessus est en mosaïque de marbre. Les pieds sont assemblés en ceinture et par un entrejambe en forme d'X. Elles sont souvent décorées seulement sur trois faces, pour être adossées à un mur comme les consoles. D'ailleurs les tables destinées à être placées au milieu d'une pièce, se nomment console de milieu.

Torchères
          - Les torchères sont à trois pieds qui supportent un plateau rond servant à porter les candélabres.